TRAVAUXAll the achievements made in digital art since 2007
EXPOSITIONSPast exhibitions
PASSÉSPast performances, exhibitions, interventions since 2001
COLLABORATIONSCollaborations with other artists made since 2001 : théâtre, dance, expositions, performances, musique.
ARTICLESArticles philosophical, political or aesthetic and literary creations on paper
LIVRES
CD/DVD


[art numérique] Time philosophers

time philosophers [le temps des philosophes] est une installation d’art numérique, programmée avec pure-data.

Elle interroge le temps du regard, de la reconnaissance en mettant en relation des portraits de philosophe et le processus même de la composition de leur visibilité par des textes qu’ils ont écrit..
derrida-net.jpgDans une époque sans cesse décrite comme éprise de vitesse et d’oubli, notamment par la philosophie, cette oeuvre propose une approche temporelle du portrait de philosophes, une approche où il va falloir endurer le temps pour lire l’oeuvre, pour découvrir le visage qui s’y plisse.
Cette oeuvre propose l’expérience de la lecture du  regard au sens où le portrait se compose de centaines  de milliers de lettres qui apparaissant peu à peu  génèrent le portrait en 3d. Ces lettres correspondent à  chaque pixel du portrait, et pour chaque portrait elles  sont issues de passages de l’oeuvre du philosophe.
La réécriture de l’oeuvre dessine le visage. Image temps écrivait Gilles Deleuze, c’est dans le temps de la  composition de l’image par un lettrisme lié aux pixels  de la photographie que le regardeur devra pénétrer.
foucault-net2.jpgLe temps expérimenté amène à découvrir un autre  visage que celui proposé par le portrait, un rythme photographique, une littéralité de l’image. L’analogie  tissée, est celle de la liaison entre l’impression de la  pensée et l’impression photographique. C’est l’écriture  de l’auteur qui tisse son visage, et c’est le visage qui  déforme l’écriture. Entrelacs de deux traces qui se diffractent, l’une, l’autre. Un jeu délicat se joue entre  d’une part la possibilité de voir le portrait et d’autre  part l’écriture. Plus l’écriture se marque, plus le  portrait se forme, et plus la possibilité de lire s’efface.  Le visage conditionne l’écriture, la tord, dimensionne sa  présence.. Au contraire, moins l’écriture est apparue,  plus des mots voire des phrases peuvent être saisies,  moins le visage s’esquisse. L’écriture esquisse le  visage, en donne la densité, c’est au creux des lettres,  que l’ombre du visage se dessine.
Se donne à voir ainsi, le singulier calligramme d’un  visage dont l’écriture — comme trace, restance
d’une présence — forme la trame, la chair. Cette  réalisation en un sens pourrait s’inscrire alors
aussi bien dans l’horizon des peintures de Giuseppe  Acimboloto, que d’Apollinaire, et de ses calligrammes.
Toutefois ce qui anime ce travail tient à la question  de la mémoire, de la possibilité de voir le visage d’une  pensée, de la trace.
Comment une pensée se donne-t-elle à travers le  temps ? Dès Platon, cette question devient centrale
dans la philosophie. Dès Platon, au sens où, les trois-  quart de ses dialogues sont introduits d’une manière  indirecte. Cette question de la spectralité de la pensée,  bien évidemment est au coeur de la recherche de  certains des philosophes ici choisis : Derrida, Deleuze,
Lyotard, Lacoue-Labarthe; Nancy…  Entre chaque visage, sont intercalés certains  concepts essentiels de ces philosophes par rapport  au temps. Ces concepts eux-mêmes ne se donnent  pas immédiatement, mais ils obéissent au temps  d’affichage d’une modélisation de pixels. La lenteur  de leur apparition correspond à la lenteur de la construction conceptuelle en philosophie. L’esthétique  choisie est celle de l’affichage des premiers  moniteurs, point à point.
Il ne s’agit donc pas de rendre l’image, la copie d’un  portrait, mais de concevoir une forme de spectralité.
Sa recomposition se fait par une forme d’étirement en 3D, de  plissement de l’image par les lettres. Cette spectralité s’exprime  dans le flou que compose les lettres, où les zones d’ombre de la
photographie se constituent comme lieu d’effritement du corps du  visage, de sa consistance lettriste.
La specralité du visage qui est au centre de ce travail d’écriture  photographique, est celui aussi de ce que nous ont transmis ces  penseurs. Elle tient à des pensées qui ne cessent de revenir, tant
elles auront contribué à l’analyse critique d’une époque et d’une culture.
Ces visages ne se donnent ainsi que comme des traces, des revenants, et la représentation tout en appelant à entrer dans le  labyrinthe des mots, cependant s’échappe quant à la possibilité de  saisir tout ce qui a lieu.