[16 mars 2012] Lectures de poésie avec Vannina Maestri, Véronique Pittolo, Nadine Agostini et Michèle Métail

Vendredi 16 mars – 20h30 – entrée libre

Soirée poésie et performance avec Vannina Maestri, Véronique Pittolo, Nadine Agostini et Michèle Métail

Lectures et rencontre avec quatre poètes contemporaines, de la poésie sonore  et oralisée (Michèle Métail), à la poésie formaliste et objectiviste  (Vannina Maestri, Véronique Pittolo) en passant par une poésie ludique du détournement (Nadine Agostini), ces auteures déploient chacune des écritures singulières, où intime, fiction et politique se mêlent, pour questionner les conditions de la parole à travers la profusion des discours du monde contemporain. On posera la question non pas d’une écriture féminine, mais de la réalité d’un genre dans l’écriture. On cherchera à savoir de quelle manière se donne ou ne se donne pas une féminité du langage, et de quelle façon ces poètes jouent avec la question du genre, ou peuvent être à la recherche d’un neutre ou d’un au-delà du genre.

# Vannina Maestri

La poésie de Vannina Maestri “se présente en effet comme une déferlante de mots, de phrases, de discours, de voix même, avec nulle branche où s’accrocher, nul refuge pour le lecteur, pas même un signe.” (Le Matricule des Anges). C’est exactement l’effet que souhaite produire Vannina Maestri qui met en mouvement le texte et la narration en tordant et manipulant tout ce qui peut se tordre ou se manipuler dans et autour du langage et de l’écriture, aussi bien sur le fond que sur la forme, perpétuant ainsi une forme de cut-up totalement virtuose, ironique et réjouissant.”Le but est que le texte soit multiple, qu’il ne soit jamais là où on l’attend. Il y a simultanéité des situations, chevauchement des messages […]” _ Comment je construis mes textes).

Vannina Maestri a co-dirigé, aux côtés de Jean-Michel Espitallier et Jacques Sivan, la revue Java, une des plus importantes revue de poésie des vingt dernières années. Elle collabore à diverses revues françaises et étrangères et participe régulièrement à des créations radiophoniques, elle a aussi travaillé avec la chorégraphe Muriel Piqué, ainsi qu’avec des vidéastes et des plasticiens.

# Nadine Agostini

Nadine Agostini est née en 1960 et vit à Toulon. Elle fait des lectures performatives, écrit de la poésie, des journaux de voyages et de festivals, des notes de lectures, des chroniques d’humeur, des textes polymorphes.
Elle travaille avec des plasticiens à des livres d’artistes et/ou performances.
Elle s’intéresse au langage, à tous les langages, et à l’écriture, toutes les écritures.

# Michèle Métail

Michèle Métail, née en 1950 à Paris, est poète et créateur de « poèmes sonores ». Après des études d’allemand, elle passe un doctorat de chinois portant sur la poésie chinoise ancienne, et poursuit un travail d’écriture et de traduction en relation avec la chine.

Elle est entrée à l’Oulipo en 1975, introduite par François Le Lionnais. Elle a pris ses distances vis-à-vis du groupe.

Depuis 1973, ses textes au cours de « publications orales ».  projections du mot dans l’espace par lesquelles elle diffuse la plupart de ses textes, et notamment le « Poème infini, compléments de nom ». Mais parallèlement, et s’ajoutant en outre à des livres, des traductions, des Cds, des collaborations, se déploie une oeuvre à l’interface de l’image et du texte: la série des « Gigantextes » dans lesquelles l’espace normalement dévolu au texte se déplace, s’ouvre au collage, au découpage, au pochoir, à la peinture, mais aussi à la photographie… Diapositives et bande-son accompagnent parfois ses lectures, où elle travaille l’allitération et l’assonance comme un parasitage, un brouillage du sens.

Avec Louis Roquin, elle fonde une association, « Les arts contigus », à travers laquelle des manifestations interdisciplinaires sont organisées.

# Véronique Pittolo

Véronique Pittolo est née en 1960 à Douai, et vit aujourd’hui à Paris.
Lauréate du prix de poésie de la SGDL en 2004, elle a publié de nombreux ouvrages, notamment : Héros (1998), Gary Cooper ne lisait pas de livres (2004) et Opéra isotherme (2005), parus chez Al Dante, et Danse à l’école paru en 2006 aux éditions de l’Attente, qui entre poésie, littérature et performance, portent un regard singulier et volontiers irrévérencieux sur le monde de l’art.
Elle est également l’auteur de Hélène mode d’emploi (éd. Al Dante, 2008), poème sonore pour deux comédiens, réalisé par l’ACR à France Culture en 2006, et anime régulièrement des ateliers d’écriture pour l’Education nationale, des écoles d’art, des hôpitaux. Elle a publié La Révolution dans la poche (éd Al Dante) en 2010.

http://www.pan-net.fr/Veronique-Pittolo.html