[22 mai] PROJECTION – RENCONTRE AUTOUR DES NOUVELLES ÉCRITURES VIDEOS

Rencontre avec Jacques Perconte, vidéaste      www.jacquesperconte.com blog.technart.fr

Sylvie Marchand & Lionel Camburet (GIGACIRCUS), artistes    www.gigacircus.net

__ le 22 mai – 20h30 – entrée libre

Présentation :
Jacques Perconte et le collectif Gigacircus ont en commun de travailler et d’interroger notre époque avec la video, tout en questionnant les formes d’écritures de ce médium. Ils tentent d’exploiter les potentialités de la vidéo numérique, Jacques Perconte à travers le codec, en dégradant la matière digitale, en travaillant la plasticité de l’image, et pour Gigacircus à travers des installations multimédias qui proposent de nouvelles formes de documentaires artistiques. Ces artistes vont se confronter au voyage, à la nature, au corps, dans des dynamiques exploratoires et alchimiques pour opérer une transfiguration du réel, et ainsi transcender l’opposition entre sensible et technologie.
Cette soirée sera l’occasion de découvrir leur travail à travers des projections et présentations de leur projet en cours, Jacques Perconte “Printemps/été” et Gigacircus, “AmeXika skin” et “Danzar o Morir”, et une discussion avec le public.

____________________________________________________________________________________________________________

Jacques Perconte a étudié les arts plastiques et la philosophie en travaillant au CNRS. Depuis 96-97 il construit une pratique artistique essentiellement liée aux outils numériques. Et comme rien de la machine ne lui est étranger, il la provoque, la pousse à ses limites, pense à partir de ses insuffisances et crée en fonction de ses erreurs. De film  en photographies, de créations en ligne en installations Jacques Perconte produit une matière picturale numérique, questionne l’espace, le paysage et la société.

«Comme rien de la machine ne lui est étranger, Jacques Perconte sait pousser celle-ci à ses limites, penser à partir de ses insuffisances, créer en fonction de ses erreurs. La machinerie informatique pour lui n’est pas fidèle au monde en ce qu’elle serait capable d’en enregistrer et traiter les apparences, mais parce qu’elle peut dégager des vibrations, en particulier chromatiques, non pas mimétiques, mais analogues aux vibrations du réel. Auteur d’une vingtaine de films, de plusieurs expositions monographiques, il déclare : « Je ne cherche pas, je m’aventure!.»
Nicole Brenez, historienne du cinéma et chargée de la conservation du cinéma d’avant-garde à la cinémathèque française.

Sylvie Marchand et Lionel Camburet

Sylvie Marchand est réalisatrice. Au travers de ses d’oeuvres l’on peut découvrir un éventail de situations culturelles « mobiles » contemporaines expérimentées en Europe, en Asie et Amériques (nomadisme des circassiens en France, pèlerinage vers Compostelle, pastoralisme mongol, flux migratoires et frontières US/Mexico…)

Son travail est nourri par le terrain et investi de rencontres humaines réelles. Sa démarche de création ouverte et globale se prolonge avec les artistes de Gigacircus par la réalisation de dispositifs complexes, interactifs, immersifs, métissant matière (bois, pierre, toiles) et outils numériques (teléphonie mobile, web, systèmes informatiques pilotant vidéos, partitions sonores, videogrammes, diapositives, captation du mouvement…)

Les oeuvres sont parfois créées dans le processus de l’action, en route à bord du camion multimédia ‘Labo Mobile’, ou au cours de longs périples à pied…
Les technologies numériques et les outils de communication en réseau sont questionnés, adaptés au rythme du corps, à la fluidité du voyage, au développement de la créativité et du dialogue, à l’invention d’autres modèles destinés à l’échange avec des populations locales et/ou distantes.

>>>>> bio

Lionel Camburet a une formation de sculpteur ornementiste sur bois et diplômé de l’École des Beaux Arts de Besançon. Ses premières actions et performances sont orientées vers les installations audiovisuelles et vers la poésie sonore (création du Garage et de l’association artistique Le Sentier des Coyotes, atelier de création mixed médias).
De 1993 à 1996, Lionel Camburet se livre à une expérience de survie en forêt à proximité du camp amérindien Smallboy (Nation Cree) dans les montagnes rocheuses ; de cette expérience naît un travail photographique et sonore diffusé en performance. Il crée les scénographies et les espaces sonores des œuvres de Gigacircus depuis 1996.

>>>> bio